Month: January 2012

Presentation to the Select Committee by the Acadian Federation of Nova Scotia

Posted on Updated on

Presentation to the Nova Scotia Select Committee on Establishing an Electoral Boundaries Commission

Province House, Nova Scotia

Thursday 1 December 2011

Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse

Honourable Members and Minister, distinguished guests:

My name is Jean Léger and I am the Executive Director of the Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse.

I first wish to thank you for allowing the Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse, or FANE, to appear before the Select Committee at these consultations on determining the composition and terms of reference of an independent Electoral Boundaries Commission.

FANE’s main mission is, within the extent of its means, to neutralize the assimilation of Nova Scotia’s Acadian and francophone population; coordinate actions among Nova Scotia’s French-language institutions, societies and organizations; act as an interest group and community development organization; serve as official spokesperson for the Acadian and francophone people of Nova Scotia; and strive for the linguistic, cultural, economic, social and political survival, as well as the development, of Nova Scotia’s Acadian people.

Since its founding in 1968, the Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse has contributed to the emergence and advancement of several issues in such areas as education, the economy, politics, sociocultural fields, youth, women, seniors, literacy, immigration and communications. FANE was also at the centre of negotiations on passage of Nova Scotia’s French-language Services Act in 2004 and consultations and negotiations leading to the regulations under that act.

Honourable Members and Minister, here is the crux of our message.

Francophone Acadians have been living in this area for several centuries, even before the province of Nova Scotia was created. Before the Treaty of Utrecht in 1713, the Acadian people were prosperous and concentrated in the territory of Acadie, which subsequently became Nova Scotia. After France and Great Britain signed that treaty, the Acadians were tolerated for a few more years on the lands they had developed with their hard labour. Unfortunately, as we all know, the many deportations from 1755 to 1763 radically and negatively changed the face of Acadian society. Their numbers steadily declined in the Maritimes and Nova Scotia and their population was scattered against their will.

When the Acadians were allowed to return to settle in the province after their deportation, they were deliberately dispersed to reduce the threat apprehended from an excessive concentration of these Catholic Acadians. Today, the dispersal of these communities is obvious. Yet as a result of their tenacity, they have become vibrant communities reaching out and contributing enormously not only to the culture of Nova Scotia but also to its education, economy and social development. In 2012, the Acadians should not be penalized once again by the powers in Halifax due to this dispersal, caused in part by the deportation.

Now we find traditional Acadian communities such as Cheticamp, Richmond, Clare (St. Mary’s Bay), Argyle (Par-en-Bas) and Pomquet. At the same time, Nova Scotia’s modern Acadie now includes other regions such as Halifax, the South Shore, Truro, the Annapolis Valley and Sydney. In brief, wherever there is a francophone school, there is now a community. These schools were often obtained through great struggle and hardship from the provincial powers in Province House, and were made possible only by arguments citing the Canadian Charter of Rights and Freedoms and decisions by the Supreme Court of Canada. Effective representation therefore is essential and must be considered in the terms of reference for the next commission, in the interests of all these communities and francophone Acadians.

Throughout the province, based on the 2006 Census of Canada, there are close to 35,000 people whose mother tongue is French, but 95,000 who speak French. In addition, it is estimated that almost 10 percent of the province’s total population, or about 90,000 people, are of Acadian ancestry.

However, in terms of linguistic and cultural homogeneity, the Cheticamp, Richmond, Clare and Argyle regions are the most significant. The economic, cultural and linguistic dynamism of these communities is essential to the identity and growth of Acadie in Nova Scotia. In the last three areas—Richmond, Clare and Argyle—their sustainability depends on maintaining the existing electoral boundaries.

FANE therefore believes that effective representation is essential and must be considered in the terms of reference for the next commission, as they apply to all these communities and francophone Acadians.

In the Carter ruling in June 1991, the Supreme Court of Canada ruled on section 3 of the Canadian Charter of Rights and Freedoms, referring in part to effective representation. I cite that decision here.

The definition of provincial voting constituencies is subject to the Charter and is not a matter of constitutional convention relating to the provincial constitution which is impervious to judicial review. Although legislative jurisdiction to amend the provincial constitution cannot be removed from the province without a constitutional amendment and is in this sense above Charter scrutiny, the provincial exercise of its legislative authority is subject to the Charter. The province is empowered by convention to establish its electoral boundaries but that convention is subject to s. 3 of the Charter.

The content of the Charter right to vote is to be determined in a broad and purposive way, having regard to historical and social context. The broader philosophy underlying the historical development of the right to vote must be sought and practical considerations, such as social and physical geography, must be borne in mind. The Court, most importantly, must be guided by the ideal of a “free and democratic society” upon which the Charter is founded.

The purpose of the right to vote enshrined in s. 3 of the Charter is not equality of voting power per se but the right to “effective representation”. The right to vote therefore comprises many factors, of which equity is but one. The section does not guarantee equality of voting power.

Furthermore, FANE reminds the decision makers present here today that the language and culture of Nova Scotia’s Acadian and francophone minority [translation] “occupy a special place in the fabric of Canadian society as one of the founding communities of Canada and that [French is] one of the two official languages, the rights of which are entrenched in the Constitution.” As spokesperson for the Acadians and francophones of this province, FANE will not tolerate changes to, and will take every measure at its disposal to preserve the status quo of, the current electoral boundaries of the Acadian communities of Argyle, Clare and Richmond, which in our view are extremely important institutions and acquired gains.

We deem these constituencies, by virtue of their history and importance, to be recognized provincial institutions extremely important for protecting the Acadian communities and we are referring here to a decision by the Ontario Court of Appeal finding for the community when a healthcare restructuring commission wanted to close its institution, the French-language Montfort Hospital.

In conclusion, FANE asks the Select Committee present here today to consider the following recommendations for the orientations and composition of the Electoral Boundaries Commission:

That consultations be held in all 10 Acadian regions to give concerned citizens an opportunity to speak on possible changes to electoral constituencies, especially the immediate Acadian regions of Cheticamp, Richmond, Clare and Argyle;

That all consultation sessions provide simultaneous interpretation so all citizens can speak in French or English;

That the Commission the same primary criteria of the terms of reference used by the previous commission, and add that the minority Acadian community is distinct community of interest and that its history and its contribution to the province is of prime importance in Nova Scotia and that the Commission respect the special nature of the current Acadian constituencies, in recognition of their diversity, history, traditions and heritage;

Also, that one of the primary factors to be considered by the Commission be the official language proportions in the constituencies of Richmond, Clare and Argyle;

That at least two people from the Acadian and francophone community with excellent knowledge of the community sit on the Commission responsible for recommending revisions to current electoral boundaries, and that these people have solid knowledge of the case law involving official language minority communities, especially in respect of cases involving the Canadian Charter of Rights and Freedoms;

That consideration be given to adding electoral constituencies as the federal government is considering, rather than eliminating constituencies. Adequate representation supports more effective exercise of democracy and nowadays would not adversely affect rural regions already in difficulty and facing major challenges of all sorts. We dare to hope that the government does not wish to harm rural regions and that the Commission will find innovative ways to ensure effective representation without depriving minorities of anything;

Consider as a primary element of the terms of reference the French-language Services Act of the Province of Nova Scotia, adopted after the most recent commission, which ensures services in French, but especially in the present context, promotes preservation and growth of the province’s Acadian and francophone community. This act concurs with subsection 16(3) of the Charter on equality of status or use of French and English in Canada;

Factor into the terms of reference case law governing effective representation, specifically the following Supreme Court rulings: Carter (Reference re Provincial Electoral Boundaries (Saskatchewan), [1991] 2 SCR 158) and Raîche v. Canada in respect of proposed changes to the federal constituency of Acadie-Bathurst in New Brunswick (Raîche v. Canada (Attorney General) [2004] FC 679);

That the Commission conduct an exhaustive impact study on development and growth of the official minority language community if it makes changes to the Richmond, Clare and Argyle constituencies. This was mentioned as important in the Supreme Court ruling in Raîche v. Canada, in which the judge deemed important that the commission identify the impact on the community affected.

Thank you for your attention.

20120102-085319.jpg

Présentation au comité législatif sur les frontières électorales de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse

Posted on

Présentation au comité législatif provincial pour l’établissement de la Commission de révision de la carte électorale de la Nouvelle-Écosse
Province House, Nouvelle-Écosse

Jean Léger, Directeur général

Jeudi, 1 décembre 2011

Mesdames et Messieurs les députés et ministre, distingués invités,

Mon nom est Jean Léger, je suis directeur général de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse.

Je tiens tout d’abord à vous remercier de permettre à la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse, ou la FANE à présenter dans le cadre des consultations de ce comité législatif en vue de déterminer la composition et le mandat d’une Commission indépendante de délimitation des circonscriptions électorales.

La mission principale de la FANE est de neutraliser l’assimilation, dans la mesure de ses moyens, des francophones de la province et de valoriser les deux langues officielles de notre pays, tout en travaillant pour le développement et l’épanouissement de notre communauté.
Ses principaux objectifs sont: de promouvoir les intérêts communs de la population acadienne et francophone de la Nouvelle-Écosse; la concertation entre les associations, institutions, sociétés et organismes francophones de la Nouvelle-Écosse; agir à la fois comme groupe d’intérêt et à titre d’organisme de développement communautaire; agir comme porte-parole officiel de la population acadienne et francophone de la Nouvelle-Écosse; et travailler à la survie linguistique, culturelle, économique, sociale et politique, et le développement du peuple acadien de la Nouvelle-Écosse.

Depuis ses débuts en 1968, la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse a contribué à la naissance et à l’avancement de plusieurs dossiers, entre autres, dans les domaines de l’éducation, de l’économie, de la politique, et dans les domaines socioculturels, jeunesse, femmes, aîné(e)s, alphabétisation, immigration et communications. C’est aussi la FANE qui a été au centre des négociations en vue de l’adoption de la Loi sur les services en français de la Nouvelle-Écosse en 2004 et des consultations et négociations menant aux règlements issus de cette loi.

Mesdames et messieurs les députés et ministre, voici l’essentiel de notre message.
Les Acadiens francophones habitent le territoire actuel depuis plusieurs siècles et ce avant même la création de la province de la Nouvelle-Écosse. Avant le traité d’Utrecht de 1713, le peuple acadien était prospère et concentrés sur le territoire de l’Acadie devenu par la suite la Nouvelle-Écosse. À la suite de la signature de ce traité entre la France et la Grand-Bretagne, les Acadiens ont été tolérés pour encore quelques années sur les territoires qu’ils avaient développés par leur dure labeur. Malheureusement, comme nous savons tous, les nombreuses déportations de 1755 à 1763 ont changé radicalement et négativement le visage de la société acadienne. Leur nombre a été considérablement réduit dans les Maritimes et en Nouvelle-Écosse et leur population dispersée contre leur gré.

Lorsque les Acadiens ont été tolérés de revenir s’établir dans la province après la déportation, on les à sciemment éparpillés afin d’en diminuer la menace craignant une trop grande concentration de ces Acadiens catholiques. De nos jours, l’éparpillement des communautés est évident. Cependant, grâce à leur ténacité, elles sont devenues des communautés vibrantes et rayonnantes et contribuent énormément non seulement à la culture de la Nouvelle-Écosse, mais aussi à son éducation, son économie et son développement social. Il ne faudrait pas qu’en 2012, les Acadiens soient pénalisés encore une fois par le pouvoir à Halifax en raison de cet éparpillement causé entre autre par la déportation.

De nos jours, on retrouve des communautés acadiennes traditionnelles, comme Chéticamp, Richmond, Clare (Baie Sainte-Marie), Argyle (Par-en-Bas) et Pomquet. Par ailleurs, l’Acadie moderne de la Nouvelle-Écosse compte dorénavant sur d’autres régions comme Halifax, Rive-sud, Truro, Vallée d’Annapolis et Sydney. Bref, où il y a une école francophone, il y a maintenant une communauté. Souvent l’obtention de ces écoles a été arrachée de peine et de misère au pouvoir provincial à Province House et rendue possible seulement grâce à des arguments citant la Charte canadienne des droits et libertés et de jugements de la cour suprême du Canada. Une représentation effective est donc essentielle et doit être considérée dans les termes de référence de la prochaine commission pour l’ensemble de ces communautés et des Acadiens francophones.

En tout et partout dans la province, selon le recensement de Statistiques Canada de 2006, on trouve près de 35 mille personnes de langue maternelle française, mais 95 mille parlant français. D’autre part, on estime à près de dix pourcent le nombre de personnes d’origine acadienne sur la population totale de la province, soit environ 90 mille personnes.

Cependant, en terme d’homogénéité linguistique et culturelle, ce sont les régions de Chéticamp, Richmond, Clare et Argyle qui sont les plus importantes. Le dynamisme économique, culturel et linguistique de ces communautés est essentiel à l’identité et l’épanouissement de l’Acadie en Nouvelle-Écosse. En ce qui concerne ces trois dernières, soit Richmond, Clare et Argyle, il est important pour leur pérennité qu’elles conservent les délimitations électorales actuellement en place.

Selon la FANE, une représentation effective est donc essentielle et doit être considérée dans les termes de référence de la prochaine commission pour l’ensemble de ces communautés et des Acadiens francophones.

En juin 1991 dans l’arrêt Carter, la cour suprême du Canada a statué sur la section 3 de Charte canadienne des droits et libertés en parlant entre autres ici de représentation effective. Je cite ici ce jugement :
La définition des circonscriptions électorales provinciales est assujettie à la Charte et ne relève pas d’une convention constitutionnelle relative à la constitution d’une province qui échapperait au contrôle judiciaire. Bien que la compétence législative de modifier la constitution d’une province ne puisse être retirée à la province sans modification de la Constitution et, en ce sens, échappe à un examen fondé sur la Charte, l’exercice par la province de son pouvoir législatif est assujetti à la Charte. La province est habilitée, par convention, à délimiter ses circonscriptions électorales, mais cette convention est assujettie à l’art. 3 de la Charte.
Il faut donner au droit de vote garanti par la Charte un sens large, fondé sur l’objet visé, qui tienne compte du contexte historique et social. Il faut rechercher la philosophie générale qui sous‑tend l’évolution historique du droit de vote tout en gardant à l’esprit certaines considérations pratiques, comme la géographie sociale et physique. Qui plus est, notre Cour doit être guidée par l’idéal de la “société libre et démocratique” qui fonde la Charte.
Le droit de vote garanti à l’art. 3 de la Charte n’a pas pour objet l’égalité du pouvoir électoral comme telle, mais le droit à une “représentation effective”. Par conséquent, le droit de vote comporte de nombreux éléments, dont l’un est l’équité. L’article 3 ne garantit pas l’égalité du pouvoir électoral.

Qui plus est, la FANE rappelle aux décideurs présents ici aujourd’hui que la langue et la culture de la minorité acadienne et francophone de la Nouvelle-Écosse « occupent une place privilégiée dans le tissu de la société canadienne en tant que l’une des collectivités fondatrices du Canada et que [le français est] l’une des deux langues officielles dont les droits sont inscrits dans la Constitution. ». La FANE, à titre de porte-parole des Acadiens et francophones de cette province, ne tolérera pas et prendra tous les moyens à sa disposition pour conserver le status quo quant à la délimitation des circonscriptions électorales actuelles des communautés acadiennes d’Argyle, Clare et Richmond qui sont à nos yeux des institutions et des acquis extrêmement importants.

Nous estimons que ces circonscriptions sont, en raison de leur histoire et de leur importance, des institutions provinciales reconnues et extrêmement importantes à protéger pour les communautés acadiennes et nous nous référons ici à un jugement de la cour d’appel de l’Ontario qui donnait raison à la communauté lorsqu’une commission de restructuration des soins de santé voulait fermer une de leur institution, soit le seul hôpital francophone, l’hôpital Montfort.

En conclusion, la FANE demande au comité législatif ici présent aujourd’hui de considérer les recommandations suivantes pour les orientations et la composition de la Commission de délimitation des circonscriptions électorales :

● que les consultations aient lieu dans toutes les régions acadiennes au nombre de 10 pour donner la chance aux citoyens concernés de s’exprimer sur des possibilités de changements aux circonscriptions électorales, notamment les régions acadiennes immédiates de Chéticamp, Richmond, Clare et Argyle;

● que toutes les sessions de consultations se déroulent avec traduction simultanée permettant à tous les citoyens et citoyennes de s’exprimer en français ou en anglais;

● que la commission reprennent les critères primaires des termes de référence utilisés par la précédente commission et que l’on en ajoute celui que la minorité acadienne est une communauté d’intérêt distincte et que son histoire et sa contribution à la province est de première importance en Nouvelle-Écosse et que la commission respecte le caractère spécifique des circonscriptions acadiennes actuelles dans le respect de leurs diversités, leurs histoires, leurs traditions et leurs patrimoines;

● Aussi, que l’un des facteurs primaires à être considéré par la commission soit la proportion des langues officielles dans les circonscriptions de Richmond, Clare et Argyle.

● qu’au moins deux personnes de la communauté acadienne et francophone ayant d’excellentes connaissances de la communauté siègent à la commission qui sera chargé de recommander des révisions ou non aux délimitations des circonscriptions électorales actuelles et que ces personnes aient de bonnes connaissance des cas de jurisprudence touchant les communautés de langues officielles en situation minoritaire, surtout en ce qui concerne les cas touchant la Charte canadienne des droits et libertés.

● Considérer d’ajouter des circonscriptions électorales comme envisage de le faire le gouvernement fédéral, plutôt que d’en enlever. Une représentation adéquate permet un meilleur exercice démocratique et de nos jours ne nuirait pas aux régions rurales déjà en difficulté et faisant face à de grands défis de toutes sortes. Nous osons espérer que le gouvernement ne veuille pas nuire aux régions rurales et que la commission trouvera des moyens innovateurs pour assurer une représentation effective sans enlever rien aux minorités.

● Considérer comme élément primaire des termes de référence de la Loi sur les services en français de la province de Nouvelle-Écosse adopté après la plus récente commission qui permet d’obtenir des services en français mais surtout dans le contexte ici de favoriser la préservation et l’essor de la collectivité acadienne et francophone de la province. Une loi qui va dans le sens de l’article 16 alinéa 3 de la Charte sur l’égalité de statut ou d’usage du français et de l’anglais au Canada.

● De tenir compte dans les termes de référence des cas de jurisprudence visant une représentation effective à savoir les jugements de la cour suprêmes suivants : l’arrêt Carter (Renvoi: Circ. électorales provinciales (Sask.), [1991] 2 R.C.S. 158); et le jugement Raîche contre Canada en ce qui concernait les changements proposés à la circoncription fédérale d’Acadie-Bathurst au Nouveau-Brunswick (Raîche c. Canada (Procureur général) [2004] C.F. 679.

● Que la Commission fasse une étude d’impact exhaustive sur le développement et l’épanouissement de la communauté minoritaire de langue officielle s’il effectue des changements aux circonscriptions de Richmond, Clare et Argyle. Ceci avait été mentionné comme important dans le jugement de la Cour suprême : Raîche contre gouvernement du Canada et où le juge exprime important que la commission identifie les impacts sur la communauté touchée.

Je vous remercie de votre attention.

20120102-084303.jpg